Des objets connectés, oui mais pas pour n’importe quoi…

Les objets connectés ou l'Internet des objets par Olivier Pavie sur RCF dans sa chronique Explorateur Numérique du 9 Janvier 2016Des objets connectés, oui mais pas pour n’importe quoi…

[Chronique en podcast audio à la fin de cet article et lien direct sur RCF] Les objets connectés sont mis à toutes les sauces créant une sorte de ruée vers l’or, une tendance à tout vouloir connecter et interconnecter. De quoi s’agit-t-il ? Quelle valeur ou quel sens accorder à telle ou telle idée ? C’est ce que propose d’éclaircir Olivier Pavie, consultant en nouvelles technologies et en communication avec les nouvelles technologies.

Pour commencer, rappelons que la notion d’objet connecté est identique à l’expression Internet des Objets, en anglais IoT pour Internet of Things. Un objet connecté a donc de près ou de loin un rapport avec Internet, en sachant qu’Internet est aujourd’hui capable de relier à peu près tous les services liés à l’informatique et aux données à n’importe quel objet par le simple fait qu’il existe des puces électroniques qui coûtent quelques centimes qui peuvent dialoguer avec leur environnement avec des technologies comme le Wifi, mais surtout avec des technologies à très basse consommation électrique sans fil comme le Bluetooth Low Energy ou BLE, ou le Zwave ou encore le ZigBee. Pour donner une idée de la consommation électrique, le ZigBee a été pensé pour pouvoir communiquer cinq ans avec son environnement avec une simple pile bâton 1volt5 de type AA. Et quand je parle de puces à quelques centimes, ce sont des puces électroniques plus puissantes que nos ordinateurs des années 80 et 90 qui tiennent sur la pointe d’un ongle.

Quels sont les services que l’on peut attendre de ces objets ?

ça part dans tous les sens : la pertinence du service sur un marché et l’intelligence déployée dans sa conception, c’est là-dessus que tout repose. J’ai parlé il y a quelques semaines de Linky, le nouveau compteur électrique d’ERDF/EDF : il s’agit d’un objet connecté qui dialogue avec le réseau EDF et avec des objets dans la maison. Aujourd’hui ce peut avec un écran qui permet de visualiser la consommation électrique instantanée, ce peut être le pilotage des radiateurs de la maison en fonction d’un besoin en température dans certaines pièces, ce peut être de piloter la mise sous tension ou l’extinction de lampes, le pilotage des détecteurs de fumée.i

Il ne faut pas que tout cela se mélange avec les objets connectés du voisin !

Les services oui, mais avec l’assurance d’avoir ces services de manière confidentielle et très sécurisée. La sécurité est un des challenges des objets connectés, tout en sachant qu’ils doivent pouvoir être interchangeables, compatibles, évolutifs soit par remplacement, soit par mise à jour de fonctions comme on l’a vu récemment avec la montre Apple qui ne tirait son intelligence que de l’iPhone dans la première version logicielle et qui est aujourd’hui capable de contenir des vrais programmes indépendants du téléphone dans la version 2, ceci sans changer de montre mais juste en la mettant à jour.

Un monde très complexe !

Ce monde des objets connectés est extrêmement complexe sur un plan technique et ça doit être extrêmement simple pour l’utilisateur : ce paradoxe a toujours été celui de l’informatique et avec les objets connectés, cela se corse encore davantage ! 0n a parlé de services dans la maison, il y a aussi tous les services liés à la santé pour lesquels il faut encore améliorer la manière de transmettre des informations très confidentielles. J’ai également abordé le sujet d’un bracelet connecté qui mesure l’activité physique et des paramètres vitaux pour le compte d’une assurance santé : imaginez que le bracelet remonte des informations nominatives sur des paramètres vitaux défectueux… Il y a deux moyens de voir la suite des évènements : soit cela permet d’hospitaliser la personne à un moment qui est encore très précoce dans le diagnostic, soit cela donne l’information à l’assurance santé de faire attention à cette personne sur un plan financier : les risques ont augmenté, le prix de l’assurance est augmenté en conséquence.

Des dérapages sur le plan éthique ?

L’un des autres challenges des objets connectés et notamment dans la santé, c’est d’utiliser les informations à bon escient. Avec des informations rendues anonymes remontées par des centaines de milliers d’appareils conçus de manière intelligente, on peut travailler sur l’amélioration de la santé publique sans problème éthique, il s’agit alors d’un objet connecté à vocation positive. Si le but est d’adapter les prix des contrats tout comme il y a des bonus et des malus en matière de conduite automobile, on est dans un autre monde qui n’est pas humaniste puisqu’il ne tient pas compte de la notion d’égalité en droit dans la naissance et on ne nait pas tous avec la même santé.

Des objets connectés qui peuvent avoir un impact positif sur l’humanité?

Il y a de nombreuses idées positives comme par exemple les équipements qui vont permettre d’arroser très précisément les plantes en fonction du degré hygrométrique du sol et de l’air, les drones qui vont être capables de planter des millions ou des milliards d’arbres, les puces implantées qui vont permettre d’établir des diagnostics de santé permanents sur des personnes très fragiles pour améliorer leur vie quotidienne, les compteurs électriques intelligents qui vont permettre d’économiser des centaines d’usine de production d’électricité au charbon en chine et aux etats unis et sur d’autres énergies fossiles partout dans le monde, tous les objets qui vont avoir un but proactif et actif dans l’accomplissement de tâches utiles qui respectent l’aspect éthique et humaniste et s’insèrent dans un projet sociétal.

Article intéressant  sur startups dans le domaine de l’IoT : http://lentreprise.lexpress.fr/creation-entreprise/idees-business/les-objets-connectes_1732141.html

 

Continuer la lecture...

Révolution : nos ordinateurs 1000 fois plus rapides avant 2020 avec la mémoire 3D Xpoint

olivier-pavie-consulting-reflexion-systeme-information-cloud
Nos ordinateurs 1000 fois plus rapides avant 2020 ? Une technologie de rupture dans la structure des mémoires des ordinateurs va radicalement changer la manière dont ils vont être architecturés. La mémoire 3D XPoint de Intel et Micron au coeur de cette révolution commence à être produite en masse dès 2016…
Chronique audio en podcast au bas de cet article et sur RCF

Téléchargement de la chronique ici

 

Une mémoire vient d’être inventée par Intel et Micron, les deux plus grosses sociétés du monde dans le domaine des puces, des processeurs et des mémoires. Cette technologie qui va commencer à être produite en masse dès 2016 remet en cause l’architecture de fonctionnement des ordinateurs dans le fait qu’elle va permettre d’accéder à la mémoire habituellement stockée sur les disques durs avec une vitesse 1 Million de fois plus rapide, soit 1000 fois plus rapide que sur les mémoires flash comme les mémoires qui sont sur les clés USB ou les disques durs SSD. En plus, l’ensemble de cette mémoire est 1000 fois plus fiable que la mémoire des clés USB et des disques SSD.

En fait, Intel et Micron ont créé une mémoire non volatile qui va aussi vite que la mémoire vive habituelle des ordinateurs mais se trouve être bien moins chère et même moins chère que les moins chères des mémoires de type SSD. Cela veut dire que le processeur central, au lieu de travailler très vite avec 4 ou 8 go de mémoire vive, va travailler très vite avec des mémoires de 400 ou 800 Go ou 1,6 Tera octets. Cela veut dire que le processeur principal va travailler de concert avec le processeur graphique pour traiter en temps réel les énormes capacités d’informations qui peuvent par exemple composer un univers en 3 dimensions. Cela signifie que l’on va pouvoir développer des nouvelles façons d’accéder aux données pour les traiter dans tous les domaines dans lesquels sert un ordinateur, c’est-à-dire dans l’intégralité des métiers. Cela veut dire que pour traiter la modélisation d’une voiture entière en changeant quelques pièces, le temps de rendu prendra 1000 fois moins de temps et peut être encore moins de temps que cela : au lieu d’un mois de calcul, quelques minutes suffiront.

Les datacenters premiers clients

Pour moi, ce sont les datacenters et autres centres de calculs très gourmands en puissance de calcul et de mémoire qui vont investir massivement dans cette mémoire car cela va leur permettre d’augmenter leur temps de disponibilité, d’avoir moins de maintenance tout en augmentant les volumes de traitement de données sans changer la taille physique des bâtiments. Ils vont soit faire gagner des mois de travail à certains utilisateurs, soit permettre de travailler sur des sujets, notamment dans la médecine, qui n’auraient pas pu être traités avant des années. Des progrès fulgurants à attendre dans le domaine des gènes, de l’ADN, etc.

Comment cela a pu être réalisé…

Les chercheurs de chez Intel et Micron ont réinventé la mémoire avec une technologie de rupture. Elle remet en cause les autres types de mémoires parce qu’elle a été pensée autrement et que les progrès de la recherche ont permis de résoudre des problèmes insurmontables il y a encore quelques années. C’est la combinaison de ces deux atouts qui a permis de créer cette mémoire dont le nom s’écrit 3D XPoint et s’énonce 3D Crosspoint ; et si elle porte ce nom, c’est parce qu’elle est pensée non seulement pour être plus dense que les autres mémoires en termes de surface mais également parce qu’elle est capable d’empiler les couches en 3D sur plusieurs couches. Tout cela avec un mode de stockage des bits de données entièrement revu et corrigé. Ajoutons à cela que ce n’est que la première génération et que les prochaines générations de consoles de jeux vont transformer notre relation au jeu et à l’univers dans lequel elles nous ont habitué.

Pour finir, il faut comprendre que cette mémoire étant non volatile et 1 million de fois plus rapide que le disque dur, Windows, MacOS ou les consoles de jeux démarreront aussi vite que le temps d’appuyer sur le bouton de mise sous tension !

Olivier Pavie

 

 

 

 

Continuer la lecture...

Explorateur Numérique sur RCF : Stratégie de mots de passe

olivier-pavieCette semaine, Olivier Pavie, consultant et écrivain/journaliste dans les nouvelles technologies alerte sur les dangers d’une mauvaise stratégie de mots de passe (écoutez le podcast à la fin de cet article).

Le chef de la CIA s’est récemment fait pirater des informations classées secret défense, comment cela est-il possible ? C’est tout simple. Les utilisateurs d’Internet n’ont pas encore compris que la plus grande sécurisation sur Internet tient déjà dans le ou les mots de passe qu’on utilise : tout est dans la stratégie de mots de passe !

Selon le jeune pirate qui a pu accéder à ces secrets d’état, il n’aurait utilisé que de l’ingénierie sociale, c’est-à-dire qu’il se serait renseigné sur le directeur de la CIA, les dates de naissance de ses proches, les prénoms, etc. pour trouver le mot de passe de son compte email. Imaginez que ce brave directeur de la CIA dont le développement de l’acronyme signifie quand même Central Intelligence Agency, c’est-à-dire Agence centrale de l’intelligence, sous-entendu des Etats-Unis, s’est contenté d’utiliser un mot de passe basé sur des informations personnelles.
Les gens pensent que c’est plus simple à retenir, et passez-moi l’expression, ceux sont ceux qui ne pensent pas plus loin que le bout de leur nez. Est-ce qu’ils confient le code de leur compte bancaire en ligne à n’importe qui ? Est-ce qu’ils n’ont pas appris par cœur leur code de carte bancaire pour payer chez les commerçants ? Est-ce qu’ils montrent à tout le monde la combinaison de leur cadenas à code ou de la désactivation de leur système d’alarme ? Vous rendez-vous compte qu’en tant que consultant j’ai eu à expliquer à des patrons d’entreprise que l’on ne met pas le mot de passe de son compte sur un post-it sur le bord de son écran… et eux de me répondre : « oui mais il est trop compliqué » !!!

Il faut que tout le monde comprenne que toutes les meilleures solutions de sécurisation informatique ne serviront à rien tant qu’il y aura ce que j’appelle des irresponsables. Et même si le mot est fort, c’est une évidence. Pour vous dire, j’ai demandé des décharges écrites à certains clients pour qu’ils me disent qu’ils étaient conscients des risques encourus à ne pas utiliser des mots de passe sécurisés ou à utiliser des mots de passe que plusieurs personnes connaissaient dans leur entourage !!!

Alors que faire pour avoir un bon mot de passe ? Un bon moyen de créer un bon mot de passe est par exemple d’utiliser une combinaison de lettres minuscules et majuscules et d’y accoler un code de carte bleue que l’on n’utilise plus, et bien entendu, cette combinaison de lettres n’a aucun lien avec des personnages proches ayant existé dans votre vie, et surtout pas abcd, xyz ou autre suite de lettres très employée. Par ailleurs, il est impératif de ne pas confier ce mot de passe à qui que ce soit. Autre idée complémentaire, si vous avez bien mémorisé ce mot de passe « sérieux », rien ne vous empêche d’en imaginer quelques variantes : les variantes peuvent être très simples à retenir sur un mot de passe complexe.

Comment fait-on alors si on doit autoriser quelqu’un à utiliser son compte à un moment donné ? Cette personne va connaître votre mot de passe… Il y a des moments où il faut confier son mot de passe. Dans le monde de l’informatique professionnelle, il y a des serveurs qui vont autoriser des personnes à accéder à telle information ou telle autre avec son propre compte, il y a aussi la possibilité de déléguer. Dans le monde personnel, il n’y a généralement qu’un seul moyen d’accéder au compte, c’est avec le nom du compte ou le numéro de compte quand il s’agit d’une banque, et à partir de là, on y ajoute le mot de passe que vous seul connaissez.

La seule solution quand on ne peut pas déléguer des droits à un autre compte consiste à changer momentanément son propre mot de passe pour permettre à cette personne d’accéder au compte. C’est le minimum requis pour garder la confidentialité sur votre meilleur système de défense contre le piratage des données, l’usurpation d’identité, … j’en passe et des meilleures.

Continuer la lecture...

Explorateur Numérique sur RCF : tendance universalité, continuité, instantanéité

olivier-pavie-rcf-10-2015Cette semaine, Olivier Pavie, consultant et écrivain/journaliste dans les nouvelles technologies nous partage sa vision sur la manière dont évolue le monde numérique : une tendance à la continuité et à l’instantanéité.

Depuis des décennies on échange des informations d’un ordinateur à un autre en s’échangeant ce que l’on appelle des fichiers. Un fichier Word pour un texte, un fichier vidéo pour un film, des fichiers de photos numériques, même si on appelle cela des photos numériques, etc. On a commencé avec les disquettes, puis sont arrivées les clés USB et là on en arrive à travailler dans un univers numérique en totale continuité. On commence à travailler sur un sujet sur un ordinateur et sans avoir besoin d’échanger quoi que ce soit, on peut continuer à travailler sur le même sujet avec son smartphone ou sa tablette : l’univers numérique est continu, pas de coupure, pas d’envoi de fichier ou de mail avec pièce attachée.

Il y a des contraintes, mais elles reculent sans cesse. Qu’est-ce qui compte en définitive ? Que chaque équipement que l’on utilise ait accès au même univers numérique : avec Internet et des services de plus en plus faciles à utiliser qui regorgent toutefois de plus en plus d’intelligence cachée – ceci grâce notamment au Cloud et à Internet – on accède à cet univers numérique continuel. A tel point, et c’est amusant car c’est encore Microsoft qui montre encore l’exemple, c’est que le Smartphone, dispose des mêmes applications que le PC de bureau et peut devenir lui-même un PC de bureau si on lui connecte un clavier et un écran, la souris n’étant même pas nécessaire puisque l’écran du téléphone est tactile.

Du fait que Microsoft ait racheté Nokia a permis à Microsoft de conforter sa position et de penser autrement. Fort du rachat de cette société qui a longtemps été leader dans le monde de la téléphonie mobile, Microsoft a prolongé son nouveau Windows 10 sur les tablettes et les smartphones en ayant eu le soin d’uniformiser le fonctionnement des applications pour tous les types d’écrans. Entre nous, étant donné que Nokia avait fabriqué des écrans dans les années 1990 2000, et étant donné que la Xbox One a été pensée pour être compatible Windows 10, je ne serais pas étonné qu’on nous dévoile bientôt une nouvelle télé universelle sous Windows 10 compatible Xbox, voire un projecteur vidéo équipé de la même façon… Bref, ce serait logique à plus d’un titre.

Pour compléter le tableau, Microsoft vient de mettre en place un nouveau dispositif dans sa solution professionnelle Office 365. Un service qui s’appelle Office 365 Vidéo, offrant aux entreprises la possibilité de se créer des services de diffusion de vidéos en Streaming, une sorte de Youtube privé… Quand vous complétez avec les services qui permettent de travailler à plusieurs sur un même document tandis que chaque personne peut continuer à travailler sur ce document avec n’importe quel terminal PC, tablette, smartphone, vous commencez à entrevoir les immenses possibilités de création dont votre cerveau peut se servir à tout instant sans avoir besoin de passer par une note dans un calepin ou sur un post-it : on entre dans l’ère de l’instantanéité et de la continuité de l’outil numérique.

En définitive, c’est là que se pose le problème des moyens d’exploiter le plus vite et le plus efficacement cet univers numérique et l’usage d’un casque de réalité virtuelle prend ici tout son sens pour des usages autres que les jeux vidéo.

Continuer la lecture...

Vous rêvez de Silicon Valley ? Témoignages et conseils

couverture-hd_programmez189En ce mois d’Octobre 2015, découvrez dans le magazine en kiosque Programmez N° 189, comment les profils qui s’intéressent au nouvelles technologies et rêvent de Silicon Valley peuvent envisager d’aller y travailler et dans quelles conditions. Plusieurs interviews intéressantes et des conseils compilés

Un article que j’ai pu réaliser en me rendant à San Francisco et la Silicon Valley en Juillet 2015 avec l’aide d’Alain Baritault avec qui nous avons travaillé sur un autre sujet dont je vous reparlerai : les Startup et les moyens d’assurer leur lancement avec la communication adéquate. Si vous avez des besoins, vous pouvez aussi me contacter par email ou par le formulaire de contact.

En attendant, vous pouvez vous procurer le magazine en kiosque et sur Magazine Programmez N°189

Continuer la lecture...